Paroisse luthérienne de Bon Secours - Eglise Protestante Unie de France

Paroisse luthérienne de Bon Secours - Eglise Protestante Unie de France

Commentaires

Venez ouvrir aussi cette église chez nous .
Bonjour à tous
E E L de RCA
je vous informe de la parution de mon livre :
salut a tout mes frère et sœur dans le seigneur je vous informe, pour mes frère et sœur qui souhaite rencontre un pasteur je suis disponible de mardi a dimanche de 9h30 a 18h30 pour mes frère et sœur qui souhaite êtres soutenu dans la prière ou accompagnement spirituelle ou dans le situation ou dans le problème et si vous souhaite êtres visite a l’hôpital ou chez vous pour êtres soutenu ou accompagne dans la prière n’hésite pas de nous contacte GSM (00242)012449884 ou (00242)065602808 Émail [email protected] pasteur Nsatou Bavouhou Russel
Église Évangélique luthérienne Au Congo ( Ville de Brazzaville )
salut a tout mes frère et sœur dans le seigneur je vous informe, pour mes frère et sœur qui souhaite rencontre un pasteur je suis disponible de mardi a dimanche de 9h30 a 18h30 pour mes frère et sœur qui souhaite êtres soutenu dans la prière ou accompagnement spirituelle ou dans le situation ou dans le problème et si vous souhaite êtres visite a l’hôpital ou chez vous pour êtres soutenu ou accompagne dans la prière n’hésite pas de nous contacte GSM 00242012449884 Émail [email protected] pasteur Nsatou Bavouhou Russel
Église Évangélique luthérienne ( protestante)

Culte le dimanche à 10h3
Catéchisme et école biblique: 1 dimanche par mois de 10h30 à 13h15 (repas tiré du sac)
Groupe de prière inclusif : 1 fois par mois

Lettre de bienvenue aux visiteuses et visiteurs:

Cher visiteur, chère visiteuse,
Vous qui entrez pour la première fois dans cette église, sachez que vous êtes les bienvenu-e-s dans cette maison de prière qui rassemble une communauté de jeunes et de moins jeunes. Cette église a été bâtie, il y a plus de cent ans pour y accueillir une population ouvrière de ce quartier, souvent immigrée car fuyant la guerre et les catastrophes humanitaires qui en sont les conséquences. Elle s’est voulue un havre de paix et de ressourcement pour ces populations protestantes luthériennes, ouvert cependant sur le monde. La communauté que vous y rencontrerez, se fait une joie de partager avec vous la foi, l’espérance et l’amour qui nous sont donnés par Dieu pour que nous puissions porter un message de fraternité et de paix dans le monde. Quelles que soient vos questions et vos révoltes ; quels que soient vos doutes et vos souhaits ; quelles que soient vos peines et vos joies, vous êtes, tous et toutes, les bienvenu-e-s. Nous voulons, et nous le vivons, accueillir tout le monde : riche ou pauvre, jeune ou moins jeune, « noir-e-s, blanc-he-s, jaunes ou rouges », hétérosexuel-les ou homosexuel-les. Chacun-e est, ici, dans sa maison. La paroisse que nous constituons est membre de la région luthérienne de Paris de l’Eglise Protestante Unie de France. Depuis la fête de l’Ascension 2013, les luthérien-ne-s et les réformé-e-s de France ont décidé de s’unir dans la diversité réconciliée des expressions de foi pour créer l’Eglise Protestante Unie de France. C’est dire que, pour nous, la diversité est une source d’enrichissement individuel et communautaire
N’hésitez pas à demander à rencontrer le pasteur ou un membre du Conseil presbytéral ! Entrez !... Vous êtes chez vous !...
Que Dieu, le Père, le Fils et le Saint-Esprit vous bénisse et vous garde en son amour ! Pasteur Jean-Frédéric Patrzynski

Fonctionnement normal

[12/12/20]   Dimanche 13 décembre, 10h30: dimanche de toutes les familles à Bon Secours (éveil biblique, école biblique, caté).
Tous et toutes sont les bienvenu-e-s.

[11/28/20]   Les cultes reprennent à la paroisse de Bon Secours.

Culte demain, dimanche 28 novembre, à 10h30.

Tous et toutes sont les bienvenu-e-s.

[11/22/20]   Prédication du Pasteur Jean-Frédéric Patrzynski pour le dimanche 22 novembre 2020.

**********************************************************************************************************************************************

Lectures bibliques:

Osée 11, 1-9

La parole du Seigneur fut adressée à Osée, fils de Beéri, alors que Ozias, Yotam, Acaz et Ézékias étaient rois de Juda et que Jéroboam, fils de Joas, était roi d'Israël. Voici les premiers mots que le Seigneur adressa à Osée. Il lui dit :
« Va, épouse une femme prostituée dont les enfants sont nés de sa prostitution. En effet, le peuple du pays se livre à une véritable prostitution en se détournant de moi, le Seigneur. »
Osée alla épouser Gomer, fille de Diblaïm. Elle lui donna un fils, et le Seigneur dit à Osée :
« Tu l'appelleras Jizréel, car j'interviendrai bientôt contre les descendants de Jéhu pour le crime commis à Jizréel. Je mettrai fin à la dynastie d'Israël et je briserai en ce jour-là la force militaire d'Israël dans la plaine de Jizréel. »
6Gomer fut de nouveau enceinte et mit au monde une fille. Le Seigneur dit à Osée :

« Tu l'appelleras Lô-Rouhama, c'est-à-dire “mal aimée”, car je cesse d'aimer les gens d'Israël et de leur renouveler mon pardon.
Mais je continue d'aimer les gens de Juda, si bien que moi, le Seigneur leur Dieu, je les sauverai, sans recourir à l'arc ou à l'épée, aux combats, aux chevaux ou aux cavaliers. »

Après avoir sevré Lô Rouhama, c'est-à-dire “mal aimée”, Gomer fut encore enceinte. Elle mit au monde un fils. Le Seigneur dit alors à Osée :

« Tu l'appelleras Lô-Ami, c'est-à-dire “pas mon peuple” car vous, les gens d'Israël, vous n'êtes pas mon peuple, et moi je ne suis rien pour vous.
------------------------------------------------------------------------
1 Thessaloniciens 5, 1-11
Vous n'avez pas besoin, frères et sœurs, qu'on vous écrive au sujet des temps et des moments où tout cela arrivera. Car vous savez très bien vous-mêmes que le jour du Seigneur viendra de façon aussi imprévisible qu'un voleur pendant la nuit. Quand les gens diront : « Tout est en paix, en sécurité », c'est alors que, tout à coup, la ruine s'abattra sur eux, comme les douleurs de l'accouchement surprennent une femme enceinte. Personne n'y échappera ! Mais vous, frères et sœurs, vous n'êtes pas en pleine obscurité pour que ce jour vous surprenne comme un voleur. Vous tous, en effet, vous êtes des personnes qui vivent dans la lumière, qui vivent en plein jour. Nous ne vivons ni dans la nuit ni dans l'obscurité. Ainsi, ne dormons pas comme les autres ; mais restons éveillés et sobres. Les dormeurs, c'est la nuit qu'ils dorment, et les buveurs, c'est la nuit qu'ils s'enivrent. Mais nous, qui appartenons au jour, nous devons être sobres. Prenons la foi et l'amour comme cuirasse, et l'espérance du salut comme casque. En effet, Dieu n'a pas voulu que nous subissions sa colère, mais que nous possédions le salut par notre Seigneur Jésus Christ. Le Christ est mort pour nous, afin de nous faire vivre ensemble avec lui, que nous soyons vivants ou morts. Ainsi, encouragez-vous et fortifiez-vous dans la foi les uns les autres, comme vous le faites déjà.
-----------------------------------------------------------------------

Matthieu 25, 31-46

Quand le Fils de l'homme viendra dans sa gloire avec tous les anges, il siégera sur son trône royal. Tous les peuples de la terre seront assemblés devant lui et il séparera les gens les uns des autres comme le berger sépare les moutons des chèvres ; il placera les moutons à sa droite et les chèvres à sa gauche. Alors le roi dira à ceux qui seront à sa droite : “Venez, vous qui êtes bénis par mon Père, et recevez en héritage le royaume qui a été préparé pour vous depuis la création du monde. Car j'ai eu faim et vous m'avez donné à manger ; j'ai eu soif et vous m'avez donné à boire ; j'étais étranger et vous m'avez accueilli chez vous ; j'étais nu et vous m'avez habillé ; j'étais malade et vous m'avez visité ; j'étais en prison et vous êtes venus me voir.” Ceux qui ont fait la volonté de Dieu lui répondront alors : “Seigneur, quand t'avons-nous vu affamé et t'avons-nous donné à manger, ou assoiffé et t'avons-nous donné à boire ? Quand t'avons-nous vu étranger et t'avons-nous accueilli chez nous, ou nu et t'avons-nous habillé ? Quand t'avons-nous vu malade ou en prison et sommes-nous venus te voir ?” Le roi leur répondra : “Je vous le déclare, c'est la vérité : chaque fois que vous l'avez fait à l'un de ces plus petits d'entre les miens, c'est à moi que vous l'avez fait.”
Ensuite, le roi dira à ceux qui seront à sa gauche : “Allez-vous-en loin de moi, maudits ! Allez dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et ses anges ! Car j'ai eu faim et vous ne m'avez pas donné à manger ; j'ai eu soif et vous ne m'avez pas donné à boire ; j'étais étranger et vous ne m'avez pas accueilli ; j'étais nu et vous ne m'avez pas habillé ; j'étais malade et en prison et vous ne m'avez pas visité.” Ils lui répondront alors eux aussi : “Seigneur, quand t'avons-nous vu affamé, ou assoiffé, ou étranger, ou nu, ou malade, ou en prison et ne t'avons-nous pas secouru ?” Le roi leur répondra : “Je vous le déclare, c'est la vérité : chaque fois que vous ne l'avez pas fait à l'un de ces plus petits, vous ne l'avez pas fait à moi non plus.” Et ils subiront la peine éternelle, tandis que ceux qui ont fait la volonté de Dieu iront à la vie éternelle. »

**********************************************************************************************************************************************

Prédication :

C’est le jour du Seigneur ! L’apôtre Paul en parle aux Thessaloniciens et le prophète Osée annonce que Dieu, en ce jour, ne fera pas éclater sa colère. Le texte de l’évangile de Matthieu nous donne une certaine idée de ce qui se passera en ce jour : un jugement !

Par ce discours de Jésus, tout nous parait clair et évident. On y voit les bons et les méchants. Ce qui peut nous plaire particulièrement, est que les méchants sont jugés et condamnés. Il ne viendrait certainement pas à notre esprit que nous soyons du mauvais côté. Par ce texte, nous pensons que nous pouvons savoir ce qu’il ne faut pas faire si nous voulons être accueillis par notre Sauveur dans son Royaume. Oui, tout parait simple !

Combien de fois dans l’histoire de la chrétienté de l’Orient et de l’Occident n’a-t-on pas utilisé ces paroles pour juger et condamner des hommes et des femmes. S’ils ne faisaient pas ce que le Seigneur dit, ils ne peuvent pas entrer dans le Royaume. Ils ne peuvent pas partager avec les bons ce paradis et le bonheur éternel. Cela serait trop injuste pour ceux qui pourraient se déclarer bons devant Dieu parce qu’ils auraient fait ce qu’il a commandé.
Je vous dirai qu’il est tout à fait normal et juste de penser ainsi si telle était la volonté du Seigneur. Loin de moi l’idée de douter de la volonté de notre Dieu ! Oui, il nous invite à écouter ses commandements, son enseignement et à suivre ses chemins d’amour, de paix et de réconciliation.

Seulement, nous pouvons, au moins, nous poser la question de savoir si ce texte de Matthieu parle de jugement au sens humain du terme : jugement qui sépare les bons des mauvais. Quand on écoute Dieu, par la bouche de son prophète Osée, nous entendons : « Je n’agirai pas selon mon ardente colère, je renonce à détruire Ephraïm ; car je suis Dieu, et non pas un homme ». Ainsi Dieu, lui-même, déclare qu’il n’agit pas comme un homme, qu’il ne juge pas ni ne condamne comme le font les hommes. « Tu es méchant, je te mets à l’écart ». « Tu agis mal, je te punis ». Vous savez tous l’importance de telles paroles. Notre Seigneur poursuit son œuvre et, par la bouche de son apôtre Paul, cette fois-ci, il nous dit : « Dieu ne nous a pas destinés à la colère, mais à l’acquisition du salut par notre Seigneur Jésus-Christ qui est mort pour nous… afin que nous vivions ensemble avec lui ».

C’est à cause de telles paroles que nous sommes en droit de nous demander si ce texte de l’évangile de Matthieu que nos éditeurs de la Bible ont titré : « Jugement des nations », concerne bien un jugement au sens humain du terme.

Car, en fait, que dit Jésus ? « J’ai eu faim ; j’ai eu soif ; j’étais en prison ; j’étais nu, malade et vous avez fait quelque chose pour moi » ou « vous n’avez rien fait pour moi ». Comme vous pouvez le lire toute cette partie est largement développée alors que ce qui nous parait être la sentence ne fait qu’une phrase : « Et ceux-ci iront au châtiment éternel, mais les justes à la vie éternelle ».
Est-ce bien cette unique phrase qui est le plus important dans cette parole du Christ ?
Et d’abord qui sont les justes ?
Il est trop facile de dénoncer les autres. Les justes, c’est nous ! Les mauvais, ce sont les autres ! Il est si facile de voir ce qui ne va pas chez les autres. Tu ne fais pas ceci ou tu as mal fait ou tu aurais pu mieux faire ou tu as oublié de faire ceci ou cela !
Ne serait-ce pas une simple façon de ne pas prendre sa propre responsabilité ? Et puis, ne serait-ce pas une manière de dire que ce sont nos actions bonnes qui nous permettraient de recevoir le salut et d’entrer dans le Royaume de Dieu ? Autrement dit, ce serait par nos œuvres que nous serions sauvés. Mais alors que faire de la parole de Dieu qui affirme que nous sommes sauvés non par les œuvres mais par la grâce et l’amour de notre Dieu ? Le Fils contredirait-il le Père ? Dieu se contredirait-il lui-même ? S’il peut arriver aux hommes de se contredire, il me semble difficile de penser cela de notre Dieu. Mais, en effet, je peux me tromper et reconnaître alors que Dieu pourrait dire tout et son contraire. Seulement, en lisant sa Parole, je n’y parviens pas. Ce qu’il dit par la bouche du prophète Osée ou de l’apôtre Paul, m’oblige à remettre en question mon impression à son égard et la façon de lire, d’écouter sa Parole.

Alors que nous dit Jésus dans l’évangile de Matthieu ?
Il nous apprend d’abord qu’il est chacun de nous : pauvre, malade, affamé ou assoiffé. Il nous apprend qu’en chaque homme, c’est lui que nous pouvons voir, entendre, écouter et soutenir. Il nous invite à être attentifs aux une et aux autres. Il nous permet de comprendre combien nous sommes unis les uns aux autres par lui et en lui.

Ne pas être attentif à mon frère ou à ma sœur, c’est ne pas être attentif à moi-même. En mon frère, ma sœur et moi-même est présent le Christ. Il y a là une fraternité puissante qui va bien au-delà de la fraternité de sang. Par cette fraternité, nous apprenons que nous ne pouvons pas vivre seuls, à l’écart des autres, de tous les autres. Nous apprenons qu’en jugeant l’autre, nous nous jugeons nous-mêmes et qu’alors nous nous mettons, nous-mêmes, à l’écart de nos frères et de nos sœurs. L’enfer, si enfer il y a, ne se situe-t-il pas justement dans l’incapacité que nous aurions à vivre avec les autres ? Oui, ne vivons-nous pas un enfer quand nous ne parvenons pas, ou plus, à communiquer et à partager avec ceux qui nous entourent ?
Ce n’est pas Dieu qui nous rejette puisqu’il a décidé d’être en chacun de nous. C’est nous qui le rejetons. Ce n’est pas lui qui nous met à l’écart, c’est nous qui nous écartons de lui, en ne vivant pas en communion avec les autres et, donc, avec lui. Ce n’est pas lui qui nous juge et nous condamne, c’est nous et nous seuls !

Jésus redit autrement une parole que son Père a déjà adressée à l’humanité : « J’ai mis devant toi la vie et la mort, choisis la vie ! ». Il nous dit aujourd’hui : « Je te donne un frère, une sœur, une communauté. Ne choisis pas la solitude, le rejet, la mise à l’écart ! ».

Entendons bien, mes amis, que, s’il y a un jugement et une condamnation, cela vient de nous et non de notre Père. Car lui, notre Père, ne nous a pas « destinés à la colère mais à l’acquisition du salut par notre Seigneur Jésus-Christ qui est mort pour nous… afin que nous vivions ensemble avec lui ».

Telle est sa volonté ! Et je vous le dis : il tiendra sa promesse. Bientôt, il vient pour que nous vivions avec lui. Il s’approche parce qu’il a décidé de devenir homme, comme chacun de nous, afin que nous vivions ensemble dans l’harmonie, la fraternité et la paix.

Amen !

[11/15/20]   Prédication du dimanche 15 novembre 2020, du pasteur Jean-Frédéric Patrzynski.

Evangile selon Saint Matthieu, chapitre 25, versets 14 à 30:

"Il en sera comme de quelqu'un qui allait partir en voyage : il appela ses serviteurs et leur confia ses biens. Il remit à l'un 500 pièces d'or, à un autre 200, à un troisième 100 : à chacun selon ses capacités. Puis il partit en voyage. Celui qui avait reçu les 500 pièces d'or s'en alla aussitôt faire du commerce avec cet argent et gagna 500 autres pièces d'or. De même celui qui avait reçu 200 pièces agit de même et gagna 200 autres pièces. Mais celui qui avait reçu 100 pièces s'en alla creuser un trou dans la terre et y cacha l'argent de son maître. Longtemps après, le maître de ces serviteurs revint et régla ses comptes avec eux. Celui qui avait reçu 500 pièces d'or s'approcha et présenta les 500 autres pièces en disant : “Maître, tu m'avais remis 500 pièces d'or. J'en ai gagné 500 autres : les voici.” Son maître lui dit : “C'est bien, bon et fidèle serviteur ! Tu as été digne de confiance dans des choses qui ont peu de valeur, je te confierai donc celles qui ont beaucoup de valeur. Viens te réjouir avec moi.” Le serviteur qui avait reçu les 200 pièces s'approcha ensuite et dit : “Maître, tu m'avais remis 200 pièces d'or. J'en ai gagné 200 autres : les voici. Son maître lui dit : “C'est bien, bon et fidèle serviteur. Tu as été digne de confiance dans des choses qui ont peu de valeur, je te confierai donc celles qui ont beaucoup de valeur. Viens te réjouir avec moi.” Enfin, le serviteur qui avait reçu les 100 pièces s'approcha et dit : “Maître, je te connaissais comme quelqu'un de dur : tu moissonnes où tu n'as pas semé, tu récoltes où tu n'as rien planté. J'ai eu peur et je suis allé cacher ton argent dans la terre. Eh bien, voici ce qui t'appartient.” Son maître lui répondit : “Mauvais serviteur, paresseux ! Tu savais que je moissonne où je n'ai pas semé, que je récolte où je n'ai rien planté ? Tu aurais dû placer mon argent à la banque et, à mon retour, j'aurais retiré mon bien avec les intérêts. Enlevez-lui donc les 100 pièces d'or et remettez-les à celui qui en a 1 000. Car à celui qui a, on donnera davantage et il sera dans l'abondance ; mais à celui qui n'a pas, on enlèvera même ce qu'il a. Et ce serviteur bon à rien, jetez-le dans l'obscurité du dehors, là où l'on pleure et grince des dents."

Prédication

« Je savais que tu es un homme dur »

Comme le Christ à la veille de sa Passion, il m’est possible de dire : « Mon âme est troublée ». Oui, je suis troublé à l’écoute de l’enseignement de mon Seigneur.

« Je savais que tu es un homme dur », dit le serviteur à son maitre qui lui avait confié un talent. Il a peur notre homme. Il connaît son maitre. Il sait qu’il est sévère et il sait également que son maitre « moissonne là où il n’a pas semé ». En terme clair, il vient de lui dire que c’est un voleur, un opportuniste, un profiteur. Bref, en ces quelques mots, il ose dire à son maitre quelques vérités.

« Je savais que tu es un homme dur »

Pouvons-nous blâmer ce serviteur ? Oh bien sûr, de tout temps, nous avons reconnu les bons serviteurs qui avaient fait fructifier l’argent confié par le maitre. De tout temps, nous avons condamné avec, peut-être, un peu trop de facilité ce « mauvais serviteur » qui a rendu seulement l’argent confié.
Mais nous pouvons supposer qu’à cause de l’idée que se faisait le serviteur au sujet du maitre, il pouvait craindre logiquement pour sa vie s’il avait perdu l’agent confié. Il n’est pas dit, et nous pouvons le regretter, ce qu’aurait fait le maitre si le serviteur avait fait un mauvais placement financier. Vous savez : comme ceux qui achètent des actions de certaines entreprises et qui perdent ainsi tout l’argent placé. Il serait possible alors de dire qu’il n’a pas assez réfléchi, peser le pour et le contre. Mais qui pouvait savoir que telles ou telles actions baisseraient à la bourse avant qu’elles ne baissent ?
Et c’est ainsi que le serviteur qui sait ce danger et qui a peur de son maitre ne fait rien. Si ce n’est qu’il a gardé précieusement ce qui lui avait été confié.

« Je savais que tu es un homme dur »

Peut-on faire le reproche à quelqu’un de garder un trésor tel qu’il est ?
Peut-on faire le reproche à un gardien de troupeau de le garder et de faire en sorte de ne pas perdre une seule bête ?
Non, nous serons tous d’accord pour affirmer qu’il a bien fait son travail. Nous affirmerons tous d’un même cœur que cet individu n’a fait aucun mal. Et nous trouverions injuste la punition que son maitre pourrait lui infliger.

« Je savais que tu es un homme dur »

Et le maitre confirme cette idée car il éloigne de lui ce serviteur qui n’a fait aucun mal. Oui, le serviteur avait raison. Le maitre est un homme dur. Nous le savons et il n’est pas besoin d’être grand théologien pour comprendre que le maitre dont parle le Christ dans sa parabole n’est autre que son Père, notre Père. Dieu, notre Dieu, ne semble pas aussi doux et miséricordieux que nous pouvions le croire. Oui, parfois, sa main se fait lourde. Le psalmiste le dit ; Job l’affirme et le Christ, notre Seigneur, le dira aussi quand il sera élevé en criant son désespoir d’avoir été abandonné par son Dieu. Oui, notre Seigneur est dur. Il nous demande beaucoup et, parfois, la crainte de mal faire nous empêche d’aller là où il veut que nous allions.

« Je savais que tu es un homme dur »

Seulement, nous savons aussi que notre Seigneur sait ce dont nous sommes capables. Il sait également que nous pouvons faire plus d’efforts que nous n’en faisons.
Le reproche qu’il fait au serviteur n’est pas tant de ne pas avoir fait fructifier son argent que de n’avoir rien fait.
Garder le trésor, c’est bien mais le cacher et ne pas en faire profiter les autres, c’est mal !
Garder le troupeau, c’est bien mais ne pas permettre qu’il y ait de nouvelles naissances pour que le troupeau s’agrandisse, c’est mal !
Garder la théologie pure et sainte, c’est bien mais s’emprisonner dans cette théologie pour en faire un dogmatisme aliénant, c’est mal !
Garder les traditions, c’est bien mais empêcher toute évolution à cause d’elles, c’est mal !
Garder la foi, c’est bien mais la déposer dans un coffre afin de ne pas la partager, c’est mal !

Ce que le maitre reproche à son serviteur est sa tiédeur. N’est-ce pas ce que l’ange dit à l’église de Laodicée dans le livre de l’Apocalypse ? « Je sais que tu n’es ni froid, ni bouillant. Puisses-tu être froid ou bouillant ! Ainsi parce que tu es tiède et que tu n’es ni froid, ni bouillant, je te vomirai de ma bouche ».

Amis, c’est ce reproche que nous pouvons recevoir de notre Seigneur. Chacun de nous ! Car par nos craintes et nos angoisses du lendemain, nous pouvons être conduits dans les méandres de la tiédeur. Portés à garder ce que nous avons reçu sans savoir le partager. Le reproche qui nous est fait est de manquer parfois de courage, de ne pas assez oser le partage plein et entier.

C’est cela que nous montrera notre Père au soir du Vendredi Saint. Par la mort, par le don de son corps et de son sang, le Christ viendra nous dire : « Allez, soyez courageux, osez risquer votre pouvoir, votre avoir, votre situation. Ayez le courage du partage de partage de la vie, de la foi, de l’amour. Soyez bouillant ou froid mais cessez d’être tièdes ! ».

Oui, c’est vrai, mes amis, notre Seigneur, notre maitre, est quelqu’un de dur et le serviteur a raison de le dire. Il oublie seulement de rajouter que son maitre est juste ! Encore faudrait-il comprendre la justice de notre Dieu ? Mais cela est une autre histoire. Notre Dieu nous demande d’avoir du courage et de ne pas être tiède parce que lui a ce courage. En Jésus, vrai homme, il vient pour nous offrir ce courage qui nous manque, alors osons à notre tour partager ce que Dieu nous a offert : sa vie, sa paix et son amour, entre nous mais aussi avec tous les autres qui n’ont pas la même culture, la même tradition. Et n’oublions pas ! Notre Seigneur moissonne où il n’a pas semé !

Amen !

Emplacement

Téléphone

Adresse


20 Rue Titon
Paris
75011

Heures d'ouverture

Dimanche 10:30 - 12:00
Autres Églises luthériennes à Paris (voir toutes)
Eglise de la Résurrection Eglise de la Résurrection
6 Rue Quinault
Paris, 75015

Nous sommes des chrétiens vivant notre spiritualité ensemble (partage, Bible..)au coeur de Paris en accueillant ceux qui se posent des questions sur Dieu.

Église protestante unie des Billettes, paroisse luthérienne Église protestante unie des Billettes, paroisse luthérienne
24 Rue Des Archives
Paris, 75004

Page officielle de l'église protestante unie des Billettes, paroisse luthérienne du Marais.