Ensemble Paroissial du Briennois

Ensemble Paroissial du Briennois

Commentaires

Le Père Jérôme Berthier, administrateur de notre diocèse, nous invite à prier pour l’Évêque que nous attendons.

« Dieu notre Père, ton fils Jésus a choisi les Apôtres pour sanctifier ton peuple, le conduire et lui annoncer l’ Évangile.
Nous t’en prions, par ton fils bien-aimé, accorde à notre Église diocèsaine un pasteur selon ton cœur qui saura nous guider et nous accompagner dans notre mission.
Rends-nous ouverts et accueillants à celui que l’Esprit Saint choisira comme Évêque de Troyes.
Confiants que tu exauces la prière de tes enfants, nous te le demandons et te rendons grâce par Jésus Christ, notre Seigneur. »
Paulette Doiselet, déléguée de l’Espace Plaine et lacs.

L'ensemble paroissial du Briennois regroupe 55 clochers sur 54 communes. Cette page a pour objet de vous permettre de suivre son activité pastorale.

Le curé de l’ensemble paroissial est l'abbé Xavier DE ZUTTER

Fonctionnement normal

Photos from Ensemble Paroissial du Briennois's post 06/05/2021

𝑩𝒐𝒏𝒋𝒐𝒖𝒓 𝒂̀ 𝒕𝒐𝒖𝒔,

𝑽𝒐𝒊𝒄𝒊 𝒍𝒂 𝒇𝒆𝒖𝒊𝒍𝒍𝒆 𝒅'𝒊𝒏𝒇𝒐𝒓𝒎𝒂𝒕𝒊𝒐𝒏𝒔 𝒑𝒂𝒓𝒐𝒊𝒔𝒔𝒊𝒂𝒍𝒆𝒔 𝒅𝒖 𝒅𝒊𝒎𝒂𝒏𝒄𝒉𝒆 9 𝙖𝙪 𝙨𝙖𝙢𝙚𝙙𝙞 15 mai 2021.

𝑩𝒐𝒏𝒏𝒆 𝒍𝒆𝒄𝒕𝒖𝒓𝒆

Photos from Ensemble Paroissial du Briennois's post 04/05/2021

𝐔𝐧𝐞 𝐬𝐞𝐦𝐚𝐢𝐧𝐞 𝐮𝐧𝐞 𝐞́𝐠𝐥𝐢𝐬𝐞
𝑬𝒈𝒍𝒊𝒔𝒆 𝑺𝒕 𝑮𝒆𝒐𝒓𝒈𝒆𝒔 𝒅'𝑬𝒑𝒂𝒈𝒏𝒆

Située au sud-ouest du village, d’une longueur de 22,40 mètres, elle est composée de deux parties, la nef et le chœur.
L’abside qui date sans doute du 16ème siècle est en pierre (craie) avec des contreforts en briques. Il semble dater de la même époque que celui de Blaincourt (même agencement des fenêtres style Renaissance).
On dit que les deux églises de Blaincourt et d’Epagne auraient été détruites pendant la guerre avec les anglais…
Deux restaurations connues : en 1764 ou 66 et en 1871, lors de laquelle le porche qui était placé en avant de la nef a été détruit.
Les murs latéraux d’origine étaient en pans de bois. Dissimulés sous un crépi depuis des décennies, ils ont été rénovés d’un côté en bardage et de l’autre en pans de bois et torchis.
La toiture à deux rampants a été restaurée la dernière fois en 2008, le clocher, anciennement recouvert d’écailles en châtaigner, a reçu de nouvelles ardoises en 2012 et un nouveau coq a élu domicile à son sommet.
La porte de l’église reçoit pluies et vent venus de l’ouest et le bois a souffert. Il n’y a plus de porche pour l’abriter depuis la fin du 19ème siècle.
Devant la porte une pierre tombale, celle de Dame Marguerite Pilavoine, épouse de Claude Bajot de Torcy, Seigneur d’Epagne et de Torcy, décédée en 1787.

- A l’intérieur : la nef ne comporte pas de bas-côté et le plafond en bois (qui aurait besoin d’une sérieuse restauration) la fait paraître encore plus basse par rapport au chœur en pierre plus clair et surtout plus haut.
Au fond, la sacristie. Au-dessus du maître-autel, une grande toile représentant la décapitation de St-Georges.
Il paraît qu’avant 1871, il y avait sur l’autel de St-Vincent une petite peinture représentant le saint patron des vignerons.
Reste de valeur dans l’église une statue équestre en pierre et polychromie de St-Georges terrassant le dragon (la lance a disparu) le costume est celui que portaient les gendarmes des ordonnances du temps de Charles VIII. L’aspect général est plutôt naïf. Les proportions ont des défauts : cheval de la taille d’un poney. Cette statue de la fin du XV ou début du XVIème est classée.
De même une statue de la Vierge assise tenant l’Enfant Jésus sur ses genoux se trouve maintenant avec le Trésor des Eglises à Dienville.
L’Enfant Jésus n’a plus sa tête, la main gauche de Marie a disparu et plusieurs dommages sur l’ensemble de la statue. A noter la chevelure sculptée dans le dos en grandes mèches parallèles. Aux pieds de la statue se trouve un écusson aux armes des Hennequin, seigneurs d’Epagne, et daterait d’avant 1510, car après cette date les Hennequin ne possédaient plus rien à Epagne.
Un centurion en bois peint retient aussi l’attention. Il devait faire partie d’un ensemble…
Les fenêtres ont été garnies de vitraux peints, mais il n’en reste rien aujourd’hui…
Deux pierres tumulaires dans le chœur. On peut y lire les inscriptions en caractères romains :
On peut remarquer sur les murs extérieurs de l’église, vers la partie Est en particulier, des « croix perlées » gravées dans la pierre.

Une nouvelle restauration importante est entreprise depuis 2 ans, commencée avec la rénovation de la charpente, des façades, et une consolidation de l’édifice.

Une restauration de l’intérieur est à l’étude et devrait durer plusieurs années.

Les relais de village sont Laurence Doizelet et Monique Kennel. L'église est ouverte le week-end.
#Epagne

01/05/2021

[Lecture Méditée de la Bible par Evelyne]
𝐋𝐞𝐜𝐭𝐮𝐫𝐞 𝐝𝐞 𝐥’𝐄𝐯𝐚𝐧𝐠𝐢𝐥𝐞 𝐬𝐞𝐥𝐨𝐧 𝐒𝐚𝐢𝐧𝐭 𝐉𝐞𝐚𝐧 (𝟏𝟓,𝟏-𝟖)
𝐝𝐮 𝐦𝐞𝐫𝐜𝐫𝐞𝐝𝐢 𝟓 𝐦𝐚𝐢 𝟐𝟎𝟐𝟏
-------------------------
𝗘𝗻 𝗰𝗲 𝘁𝗲𝗺𝗽𝘀-𝗹𝗮̀, 𝗝𝗲́𝘀𝘂𝘀 𝗱𝗶𝘀𝗮𝗶𝘁 𝗮̀ 𝘀𝗲𝘀 𝗱𝗶𝘀𝗰𝗶𝗽𝗹𝗲𝘀 : « 𝗠𝗼𝗶, 𝗷𝗲 𝘀𝘂𝗶𝘀 𝗹𝗮 𝘃𝗿𝗮𝗶𝗲 𝘃𝗶𝗴𝗻𝗲, 𝗲𝘁 𝗺𝗼𝗻 𝗣𝗲̀𝗿𝗲 𝗲𝘀𝘁 𝗹𝗲 𝘃𝗶𝗴𝗻𝗲𝗿𝗼𝗻. 𝗧𝗼𝘂𝘁 𝘀𝗮𝗿𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗾𝘂𝗶 𝗲𝘀𝘁 𝗲𝗻 𝗺𝗼𝗶, 𝗺𝗮𝗶𝘀 𝗾𝘂𝗶 𝗻𝗲 𝗽𝗼𝗿𝘁𝗲 𝗽𝗮𝘀 𝗱𝗲 𝗳𝗿𝘂𝗶𝘁, 𝗺𝗼𝗻 𝗣𝗲̀𝗿𝗲 𝗹’𝗲𝗻𝗹𝗲̀𝘃𝗲 ; 𝘁𝗼𝘂𝘁 𝘀𝗮𝗿𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗾𝘂𝗶 𝗽𝗼𝗿𝘁𝗲 𝗱𝘂 𝗳𝗿𝘂𝗶𝘁, 𝗶𝗹 𝗹𝗲 𝗽𝘂𝗿𝗶𝗳𝗶𝗲 𝗲𝗻 𝗹𝗲 𝘁𝗮𝗶𝗹𝗹𝗮𝗻𝘁, 𝗽𝗼𝘂𝗿 𝗾𝘂’𝗶𝗹 𝗲𝗻 𝗽𝗼𝗿𝘁𝗲 𝗱𝗮𝘃𝗮𝗻𝘁𝗮𝗴𝗲. 𝗠𝗮𝗶𝘀 𝘃𝗼𝘂𝘀, 𝗱𝗲́𝗷𝗮̀ 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝘃𝗼𝗶𝗰𝗶 𝗽𝘂𝗿𝗶𝗳𝗶𝗲́𝘀 𝗴𝗿𝗮̂𝗰𝗲 𝗮̀ 𝗹𝗮 𝗽𝗮𝗿𝗼𝗹𝗲 𝗾𝘂𝗲 𝗷𝗲 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗮𝗶 𝗱𝗶𝘁𝗲. 𝗗𝗲𝗺𝗲𝘂𝗿𝗲𝘇 𝗲𝗻 𝗺𝗼𝗶, 𝗰𝗼𝗺𝗺𝗲 𝗺𝗼𝗶 𝗲𝗻 𝘃𝗼𝘂𝘀. 𝗗𝗲 𝗺𝗲̂𝗺𝗲 𝗾𝘂𝗲 𝗹𝗲 𝘀𝗮𝗿𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗻𝗲 𝗽𝗲𝘂𝘁 𝗽𝗮𝘀 𝗽𝗼𝗿𝘁𝗲𝗿 𝗱𝗲 𝗳𝗿𝘂𝗶𝘁 𝗽𝗮𝗿 𝗹𝘂𝗶-𝗺𝗲̂𝗺𝗲 𝘀’𝗶𝗹 𝗻𝗲 𝗱𝗲𝗺𝗲𝘂𝗿𝗲 𝗽𝗮𝘀 𝘀𝘂𝗿 𝗹𝗮 𝘃𝗶𝗴𝗻𝗲, 𝗱𝗲 𝗺𝗲̂𝗺𝗲 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗻𝗼𝗻 𝗽𝗹𝘂𝘀, 𝘀𝗶 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗻𝗲 𝗱𝗲𝗺𝗲𝘂𝗿𝗲𝘇 𝗽𝗮𝘀 𝗲𝗻 𝗺𝗼𝗶.
𝗠𝗼𝗶, 𝗷𝗲 𝘀𝘂𝗶𝘀 𝗹𝗮 𝘃𝗶𝗴𝗻𝗲, 𝗲𝘁 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗹𝗲𝘀 𝘀𝗮𝗿𝗺𝗲𝗻𝘁𝘀. 𝗖𝗲𝗹𝘂𝗶 𝗾𝘂𝗶 𝗱𝗲𝗺𝗲𝘂𝗿𝗲 𝗲𝗻 𝗺𝗼𝗶 𝗲𝘁 𝗲𝗻 𝗾𝘂𝗶 𝗷𝗲 𝗱𝗲𝗺𝗲𝘂𝗿𝗲, 𝗰𝗲𝗹𝘂𝗶-𝗹𝗮̀ 𝗽𝗼𝗿𝘁𝗲 𝗯𝗲𝗮𝘂𝗰𝗼𝘂𝗽 𝗱𝗲 𝗳𝗿𝘂𝗶𝘁, 𝗰𝗮𝗿, 𝗲𝗻 𝗱𝗲𝗵𝗼𝗿𝘀 𝗱𝗲 𝗺𝗼𝗶, 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗻𝗲 𝗽𝗼𝘂𝘃𝗲𝘇 𝗿𝗶𝗲𝗻 𝗳𝗮𝗶𝗿𝗲. 𝗦𝗶 𝗾𝘂𝗲𝗹𝗾𝘂’𝘂𝗻 𝗻𝗲 𝗱𝗲𝗺𝗲𝘂𝗿𝗲 𝗽𝗮𝘀 𝗲𝗻 𝗺𝗼𝗶, 𝗶𝗹 𝗲𝘀𝘁, 𝗰𝗼𝗺𝗺𝗲 𝗹𝗲 𝘀𝗮𝗿𝗺𝗲𝗻𝘁, 𝗷𝗲𝘁𝗲́ 𝗱𝗲𝗵𝗼𝗿𝘀, 𝗲𝘁 𝗶𝗹 𝘀𝗲 𝗱𝗲𝘀𝘀𝗲̀𝗰𝗵𝗲. 𝗟𝗲𝘀 𝘀𝗮𝗿𝗺𝗲𝗻𝘁𝘀 𝘀𝗲𝗰𝘀, 𝗼𝗻 𝗹𝗲𝘀 𝗿𝗮𝗺𝗮𝘀𝘀𝗲, 𝗼𝗻 𝗹𝗲𝘀 𝗷𝗲𝘁𝘁𝗲 𝗮𝘂 𝗳𝗲𝘂, 𝗲𝘁 𝗶𝗹𝘀 𝗯𝗿𝘂̂𝗹𝗲𝗻𝘁. 𝗦𝗶 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗱𝗲𝗺𝗲𝘂𝗿𝗲𝘇 𝗲𝗻 𝗺𝗼𝗶, 𝗲𝘁 𝗾𝘂𝗲 𝗺𝗲𝘀 𝗽𝗮𝗿𝗼𝗹𝗲𝘀 𝗱𝗲𝗺𝗲𝘂𝗿𝗲𝗻𝘁 𝗲𝗻 𝘃𝗼𝘂𝘀, 𝗱𝗲𝗺𝗮𝗻𝗱𝗲𝘇 𝘁𝗼𝘂𝘁 𝗰𝗲 𝗾𝘂𝗶 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝘃𝗼𝘂𝗹𝗲𝘇, 𝗲𝘁 𝗰𝗲𝗹𝗮 𝘀𝗲 𝗿𝗲́𝗮𝗹𝗶𝘀𝗲𝗿𝗮 𝗽𝗼𝘂𝗿 𝘃𝗼𝘂𝘀. 𝗖𝗲 𝗾𝘂𝗶 𝗳𝗮𝗶𝘁 𝗹𝗮 𝗴𝗹𝗼𝗶𝗿𝗲 𝗱𝗲 𝗺𝗼𝗻 𝗣𝗲̀𝗿𝗲, 𝗰’𝗲𝘀𝘁 𝗾𝘂𝗲 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗼𝗿𝘁𝗶𝗲𝘇 𝗯𝗲𝗮𝘂𝗰𝗼𝘂𝗽 𝗱𝗲 𝗳𝗿𝘂𝗶𝘁 𝗲𝘁 𝗾𝘂𝗲 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝘀𝗼𝘆𝗲𝘇 𝗽𝗼𝘂𝗿 𝗺𝗼𝗶 𝗱𝗲𝘀 𝗱𝗶𝘀𝗰𝗶𝗽𝗹𝗲𝘀 ».
------------------------------
Jésus est la vigne. Le Père est le vigneron qui a planté la vigne et veut que chaque pied porte du fruit, beaucoup de fruits. Jésus est la vigne dont les plants rassemblés forment l’Eglise.
Jésus est aussi chaque cep. Par notre baptême, chaque chrétien est greffé sur le plant de vigne Jésus. Par la sève montant des racines et du pied, les sarments sont tout irrigués. Cette sève est la parole de Jésus le Christ, l’Esprit de vie.
Jésus perfuse le sarment. Alors a lieu une alchimie divine. Jésus se donne et le sarment reçoit ; Jésus irrigue la nature humaine du sarment « homme » et ce dernier infuse en lui la divinité du cep. Admirable échange que le prêtre prononce, à chaque célébration, dans la prière eucharistique : « puissions-nous être unis à la divinité de Celui qui a pris notre humanité ».
« Demeurez en moi comme moi en vous ». Par cette commune appartenance spirituelle, par cette communion d’amour, le cep et les sarments ne font qu’un. Alors peuvent se développer des feuilles de foi, des fleurs d’espérance et des fruits de charité. Car Jésus précise : « En dehors de moi, vous ne pouvez rien faire ». Les beaux et bons raisins ne peuvent croître et venir à maturité que si et seulement si, une sève pressante et abondante ne vient féconder le sarment. Ce n’est pas le sarment qui porte le pied de vigne mais c’est Jésus qui porte les sarments. De Lui vient la vie. Il nous demande d’agir, chacun selon la vitalité, la forme et la taille de notre sarment puisque c’est Dieu qui agit en nous. Toute notre activité concourt à réaliser l’œuvre de Dieu, de la plus petite tâche invisible et parfois ingrate à la mission de première place. Tous ces grains de raisin forment une grappe qui réjouit le cœur de Dieu.

Seigneur, donne-moi d’être toujours plus consciente que je suis le sarment greffé sur Toi et non le contraire. Que ta volonté soit faite.

[Lecture Méditée de la Bible par Evelyne]
𝐋𝐞𝐜𝐭𝐮𝐫𝐞 𝐝𝐞 𝐥’𝐄𝐯𝐚𝐧𝐠𝐢𝐥𝐞 𝐬𝐞𝐥𝐨𝐧 𝐒𝐚𝐢𝐧𝐭 𝐉𝐞𝐚𝐧 (𝟏𝟓,𝟏-𝟖)
𝐝𝐮 𝐦𝐞𝐫𝐜𝐫𝐞𝐝𝐢 𝟓 𝐦𝐚𝐢 𝟐𝟎𝟐𝟏
-------------------------
𝗘𝗻 𝗰𝗲 𝘁𝗲𝗺𝗽𝘀-𝗹𝗮̀, 𝗝𝗲́𝘀𝘂𝘀 𝗱𝗶𝘀𝗮𝗶𝘁 𝗮̀ 𝘀𝗲𝘀 𝗱𝗶𝘀𝗰𝗶𝗽𝗹𝗲𝘀 : « 𝗠𝗼𝗶, 𝗷𝗲 𝘀𝘂𝗶𝘀 𝗹𝗮 𝘃𝗿𝗮𝗶𝗲 𝘃𝗶𝗴𝗻𝗲, 𝗲𝘁 𝗺𝗼𝗻 𝗣𝗲̀𝗿𝗲 𝗲𝘀𝘁 𝗹𝗲 𝘃𝗶𝗴𝗻𝗲𝗿𝗼𝗻. 𝗧𝗼𝘂𝘁 𝘀𝗮𝗿𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗾𝘂𝗶 𝗲𝘀𝘁 𝗲𝗻 𝗺𝗼𝗶, 𝗺𝗮𝗶𝘀 𝗾𝘂𝗶 𝗻𝗲 𝗽𝗼𝗿𝘁𝗲 𝗽𝗮𝘀 𝗱𝗲 𝗳𝗿𝘂𝗶𝘁, 𝗺𝗼𝗻 𝗣𝗲̀𝗿𝗲 𝗹’𝗲𝗻𝗹𝗲̀𝘃𝗲 ; 𝘁𝗼𝘂𝘁 𝘀𝗮𝗿𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗾𝘂𝗶 𝗽𝗼𝗿𝘁𝗲 𝗱𝘂 𝗳𝗿𝘂𝗶𝘁, 𝗶𝗹 𝗹𝗲 𝗽𝘂𝗿𝗶𝗳𝗶𝗲 𝗲𝗻 𝗹𝗲 𝘁𝗮𝗶𝗹𝗹𝗮𝗻𝘁, 𝗽𝗼𝘂𝗿 𝗾𝘂’𝗶𝗹 𝗲𝗻 𝗽𝗼𝗿𝘁𝗲 𝗱𝗮𝘃𝗮𝗻𝘁𝗮𝗴𝗲. 𝗠𝗮𝗶𝘀 𝘃𝗼𝘂𝘀, 𝗱𝗲́𝗷𝗮̀ 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝘃𝗼𝗶𝗰𝗶 𝗽𝘂𝗿𝗶𝗳𝗶𝗲́𝘀 𝗴𝗿𝗮̂𝗰𝗲 𝗮̀ 𝗹𝗮 𝗽𝗮𝗿𝗼𝗹𝗲 𝗾𝘂𝗲 𝗷𝗲 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗮𝗶 𝗱𝗶𝘁𝗲. 𝗗𝗲𝗺𝗲𝘂𝗿𝗲𝘇 𝗲𝗻 𝗺𝗼𝗶, 𝗰𝗼𝗺𝗺𝗲 𝗺𝗼𝗶 𝗲𝗻 𝘃𝗼𝘂𝘀. 𝗗𝗲 𝗺𝗲̂𝗺𝗲 𝗾𝘂𝗲 𝗹𝗲 𝘀𝗮𝗿𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗻𝗲 𝗽𝗲𝘂𝘁 𝗽𝗮𝘀 𝗽𝗼𝗿𝘁𝗲𝗿 𝗱𝗲 𝗳𝗿𝘂𝗶𝘁 𝗽𝗮𝗿 𝗹𝘂𝗶-𝗺𝗲̂𝗺𝗲 𝘀’𝗶𝗹 𝗻𝗲 𝗱𝗲𝗺𝗲𝘂𝗿𝗲 𝗽𝗮𝘀 𝘀𝘂𝗿 𝗹𝗮 𝘃𝗶𝗴𝗻𝗲, 𝗱𝗲 𝗺𝗲̂𝗺𝗲 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗻𝗼𝗻 𝗽𝗹𝘂𝘀, 𝘀𝗶 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗻𝗲 𝗱𝗲𝗺𝗲𝘂𝗿𝗲𝘇 𝗽𝗮𝘀 𝗲𝗻 𝗺𝗼𝗶.
𝗠𝗼𝗶, 𝗷𝗲 𝘀𝘂𝗶𝘀 𝗹𝗮 𝘃𝗶𝗴𝗻𝗲, 𝗲𝘁 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗹𝗲𝘀 𝘀𝗮𝗿𝗺𝗲𝗻𝘁𝘀. 𝗖𝗲𝗹𝘂𝗶 𝗾𝘂𝗶 𝗱𝗲𝗺𝗲𝘂𝗿𝗲 𝗲𝗻 𝗺𝗼𝗶 𝗲𝘁 𝗲𝗻 𝗾𝘂𝗶 𝗷𝗲 𝗱𝗲𝗺𝗲𝘂𝗿𝗲, 𝗰𝗲𝗹𝘂𝗶-𝗹𝗮̀ 𝗽𝗼𝗿𝘁𝗲 𝗯𝗲𝗮𝘂𝗰𝗼𝘂𝗽 𝗱𝗲 𝗳𝗿𝘂𝗶𝘁, 𝗰𝗮𝗿, 𝗲𝗻 𝗱𝗲𝗵𝗼𝗿𝘀 𝗱𝗲 𝗺𝗼𝗶, 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗻𝗲 𝗽𝗼𝘂𝘃𝗲𝘇 𝗿𝗶𝗲𝗻 𝗳𝗮𝗶𝗿𝗲. 𝗦𝗶 𝗾𝘂𝗲𝗹𝗾𝘂’𝘂𝗻 𝗻𝗲 𝗱𝗲𝗺𝗲𝘂𝗿𝗲 𝗽𝗮𝘀 𝗲𝗻 𝗺𝗼𝗶, 𝗶𝗹 𝗲𝘀𝘁, 𝗰𝗼𝗺𝗺𝗲 𝗹𝗲 𝘀𝗮𝗿𝗺𝗲𝗻𝘁, 𝗷𝗲𝘁𝗲́ 𝗱𝗲𝗵𝗼𝗿𝘀, 𝗲𝘁 𝗶𝗹 𝘀𝗲 𝗱𝗲𝘀𝘀𝗲̀𝗰𝗵𝗲. 𝗟𝗲𝘀 𝘀𝗮𝗿𝗺𝗲𝗻𝘁𝘀 𝘀𝗲𝗰𝘀, 𝗼𝗻 𝗹𝗲𝘀 𝗿𝗮𝗺𝗮𝘀𝘀𝗲, 𝗼𝗻 𝗹𝗲𝘀 𝗷𝗲𝘁𝘁𝗲 𝗮𝘂 𝗳𝗲𝘂, 𝗲𝘁 𝗶𝗹𝘀 𝗯𝗿𝘂̂𝗹𝗲𝗻𝘁. 𝗦𝗶 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗱𝗲𝗺𝗲𝘂𝗿𝗲𝘇 𝗲𝗻 𝗺𝗼𝗶, 𝗲𝘁 𝗾𝘂𝗲 𝗺𝗲𝘀 𝗽𝗮𝗿𝗼𝗹𝗲𝘀 𝗱𝗲𝗺𝗲𝘂𝗿𝗲𝗻𝘁 𝗲𝗻 𝘃𝗼𝘂𝘀, 𝗱𝗲𝗺𝗮𝗻𝗱𝗲𝘇 𝘁𝗼𝘂𝘁 𝗰𝗲 𝗾𝘂𝗶 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝘃𝗼𝘂𝗹𝗲𝘇, 𝗲𝘁 𝗰𝗲𝗹𝗮 𝘀𝗲 𝗿𝗲́𝗮𝗹𝗶𝘀𝗲𝗿𝗮 𝗽𝗼𝘂𝗿 𝘃𝗼𝘂𝘀. 𝗖𝗲 𝗾𝘂𝗶 𝗳𝗮𝗶𝘁 𝗹𝗮 𝗴𝗹𝗼𝗶𝗿𝗲 𝗱𝗲 𝗺𝗼𝗻 𝗣𝗲̀𝗿𝗲, 𝗰’𝗲𝘀𝘁 𝗾𝘂𝗲 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗼𝗿𝘁𝗶𝗲𝘇 𝗯𝗲𝗮𝘂𝗰𝗼𝘂𝗽 𝗱𝗲 𝗳𝗿𝘂𝗶𝘁 𝗲𝘁 𝗾𝘂𝗲 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝘀𝗼𝘆𝗲𝘇 𝗽𝗼𝘂𝗿 𝗺𝗼𝗶 𝗱𝗲𝘀 𝗱𝗶𝘀𝗰𝗶𝗽𝗹𝗲𝘀 ».
------------------------------
Jésus est la vigne. Le Père est le vigneron qui a planté la vigne et veut que chaque pied porte du fruit, beaucoup de fruits. Jésus est la vigne dont les plants rassemblés forment l’Eglise.
Jésus est aussi chaque cep. Par notre baptême, chaque chrétien est greffé sur le plant de vigne Jésus. Par la sève montant des racines et du pied, les sarments sont tout irrigués. Cette sève est la parole de Jésus le Christ, l’Esprit de vie.
Jésus perfuse le sarment. Alors a lieu une alchimie divine. Jésus se donne et le sarment reçoit ; Jésus irrigue la nature humaine du sarment « homme » et ce dernier infuse en lui la divinité du cep. Admirable échange que le prêtre prononce, à chaque célébration, dans la prière eucharistique : « puissions-nous être unis à la divinité de Celui qui a pris notre humanité ».
« Demeurez en moi comme moi en vous ». Par cette commune appartenance spirituelle, par cette communion d’amour, le cep et les sarments ne font qu’un. Alors peuvent se développer des feuilles de foi, des fleurs d’espérance et des fruits de charité. Car Jésus précise : « En dehors de moi, vous ne pouvez rien faire ». Les beaux et bons raisins ne peuvent croître et venir à maturité que si et seulement si, une sève pressante et abondante ne vient féconder le sarment. Ce n’est pas le sarment qui porte le pied de vigne mais c’est Jésus qui porte les sarments. De Lui vient la vie. Il nous demande d’agir, chacun selon la vitalité, la forme et la taille de notre sarment puisque c’est Dieu qui agit en nous. Toute notre activité concourt à réaliser l’œuvre de Dieu, de la plus petite tâche invisible et parfois ingrate à la mission de première place. Tous ces grains de raisin forment une grappe qui réjouit le cœur de Dieu.

Seigneur, donne-moi d’être toujours plus consciente que je suis le sarment greffé sur Toi et non le contraire. Que ta volonté soit faite.

29/04/2021

𝗕𝗼𝗻𝗷𝗼𝘂𝗿 𝗮̀ 𝘁𝗼𝘂𝘀,

𝗩𝗼𝗶𝗰𝗶 𝗹𝗲 𝗽𝗹𝗮𝗻𝗻𝗶𝗻𝗴 𝗱𝗲𝘀 𝗺𝗲𝘀𝘀𝗲𝘀 𝗱𝗲 𝗹'𝗲𝗻𝘀𝗲𝗺𝗯𝗹𝗲 𝗽𝗮𝗿𝗼𝗶𝘀𝘀𝗶𝗮𝗹 𝗱𝘂 𝗕𝗿𝗶𝗲𝗻𝗻𝗼𝗶𝘀 𝗽𝗼𝘂𝗿 mai 𝟮𝟬𝟮𝟭.

𝗕𝗼𝗻𝗷𝗼𝘂𝗿 𝗮̀ 𝘁𝗼𝘂𝘀,

𝗩𝗼𝗶𝗰𝗶 𝗹𝗲 𝗽𝗹𝗮𝗻𝗻𝗶𝗻𝗴 𝗱𝗲𝘀 𝗺𝗲𝘀𝘀𝗲𝘀 𝗱𝗲 𝗹'𝗲𝗻𝘀𝗲𝗺𝗯𝗹𝗲 𝗽𝗮𝗿𝗼𝗶𝘀𝘀𝗶𝗮𝗹 𝗱𝘂 𝗕𝗿𝗶𝗲𝗻𝗻𝗼𝗶𝘀 𝗽𝗼𝘂𝗿 mai 𝟮𝟬𝟮𝟭.

Photos from Ensemble Paroissial du Briennois's post 29/04/2021

𝑩𝒐𝒏𝒋𝒐𝒖𝒓 𝒂̀ 𝒕𝒐𝒖𝒔,

𝑽𝒐𝒊𝒄𝒊 𝒍𝒂 𝒇𝒆𝒖𝒊𝒍𝒍𝒆 𝒅'𝒊𝒏𝒇𝒐𝒓𝒎𝒂𝒕𝒊𝒐𝒏𝒔 𝒑𝒂𝒓𝒐𝒊𝒔𝒔𝒊𝒂𝒍𝒆𝒔 𝒅𝒖 𝒅𝒊𝒎𝒂𝒏𝒄𝒉𝒆 2 𝙖𝙪 𝙨𝙖𝙢𝙚𝙙𝙞 8 mai 2021.

𝑩𝒐𝒏𝒏𝒆 𝒍𝒆𝒄𝒕𝒖𝒓𝒆

Photos from Ensemble Paroissial du Briennois's post 26/04/2021

𝐔𝐧𝐞 𝐬𝐞𝐦𝐚𝐢𝐧𝐞 𝐮𝐧𝐞 𝐞́𝐠𝐥𝐢𝐬𝐞
𝑬𝒈𝒍𝒊𝒔𝒆 𝑺𝒂𝒊𝒏𝒕 𝑸𝒖𝒆𝒏𝒕𝒊𝒏 𝒅𝒆 𝑫𝒊𝒆𝒏𝒗𝒊𝒍𝒍𝒆

Classée aux monuments historiques depuis 1907, l’église qui comporte trois nefs appartient à 3 époques différentes :
1° - le sanctuaire et le chœur avec les deux travées collatérales, du style ogival flamboyant sont du 15ème siècle,
2°- les travées entre le chœur et la tour appartiennent à la Renaissance et datent de 1558,
3°- la tour qui s’élève à 42 m, date de 1784.
Parmi les nombreux objets, tableaux et statues « classés », se trouve la grille du chœur de style Louis XV fabriquée par Mathieu Lesueur, moine serrurier de l’abbaye de Clairvaux. Posée en 1768, elle a été entièrement restaurée en 2001 et couverte de feuilles d’or. Elle porte les armes de Pierre Grassin, baron de Dienville et Directeur Général des monnaies de France sous Louis XV.
Le maître autel date de 1651. Il est l’œuvre de François Girardon. Sa table a la forme d’un tombeau. De chaque côté, sur des piédestaux, sont dressés, côté Evangile (gauche) une statue du Sacré Cœur et côté Epître (droit), une statue de notre Dame de Grâce. Surplombant l’autel, la statue du St-patron ; St-Quentin.
L’église comprend deux autres autels, l’autel de la Vierge dans la nef de droite et l’autel St-Nicolas dans la nef de gauche.
Entourant le maître autel, trois verrières garnies de vitraux du XVIème siècle. La 1ère détaillant « l’invention de la croix et la Passion » relative au songe de l’Empereur romain Constantin né en 272 et la bataille contre Maxence au pont Milvius en 312 ; la 2ème montrant l’arbre de Jessé constitué de fragments de vitraux ; la 3ème, décrivant la « Génèse » ; c’est-à-dire la création du monde.
De récentes recherches ont fait découvrir que des vitraux appartenant à l’église de Dienville, se trouvent dans les ateliers du maître verrier Marq à Reims. Des démarches sont en cours afin de les ramener.
Depuis décembre 2018, l’église abrite ce qu’on appelle « le trésor des églises » . Dans un espace hautement sécurisé sont exposés 90 statues et objets divers du culte provenant d’églises du canton et des cantons environnants.
L’église est ouverte toute l’année de 8h30 à 18h.
Les relais de village sont Michelle et Jean-Pierre Jardon - David Pottier - Dominique Beaujoin
#Dienville

Lettre aux diocésains : Entre Pâques et Pentecôte 26/04/2021

Lettre aux diocésains : Entre Pâques et Pentecôte

En cette année dédiée à saint Joseph, comme lui, restons patients et confiants.

Retrouvez la lettre qu'adresse p. Jérôme Berthier, administrateur diocésain, aux diocésains.

Lettre aux diocésains : Entre Pâques et Pentecôte A Troyes, le 26 avril Amis diocésains, Nous fêtons ce 1er mai Saint Joseph, au cœur de cette année qui lui est dédiée. Saint Joseph est vraiment celui qui a accepté de se laisser surprendre par Dieu. Quand l'ange lui demande de ne pas craindre de prendre Marie pour femme. Quand le même ange ...

Photos from Ensemble Paroissial du Briennois's post 24/04/2021

[Lecture Méditée de la Bible par Evelyne]
𝐋𝐞𝐜𝐭𝐮𝐫𝐞 𝐝𝐞 𝐥’𝐄𝐯𝐚𝐧𝐠𝐢𝐥𝐞 𝐬𝐞𝐥𝐨𝐧 𝐒𝐚𝐢𝐧𝐭 𝐉𝐞𝐚𝐧 (𝟏𝟎,𝟏-𝟏𝟎)
𝐝𝐮 𝐥𝐮𝐧𝐝𝐢 𝟐𝟔 𝐚𝐯𝐫𝐢𝐥 𝟐𝟎𝟐𝟏
------------------------------
𝙀𝙣 𝙘𝙚 𝙩𝙚𝙢𝙥𝙨-𝙡𝙖̀, 𝙅𝙚́𝙨𝙪𝙨 𝙙𝙚́𝙘𝙡𝙖𝙧𝙖 : « 𝘼𝙢𝙚𝙣, 𝙖𝙢𝙚𝙣, 𝙟𝙚 𝙫𝙤𝙪𝙨 𝙡𝙚 𝙙𝙞𝙨 : 𝙘𝙚𝙡𝙪𝙞 𝙦𝙪𝙞 𝙚𝙣𝙩𝙧𝙚 𝙙𝙖𝙣𝙨 𝙡’𝙚𝙣𝙘𝙡𝙤𝙨 𝙙𝙚𝙨 𝙗𝙧𝙚𝙗𝙞𝙨 𝙨𝙖𝙣𝙨 𝙥𝙖𝙨𝙨𝙚𝙧 𝙥𝙖𝙧 𝙡𝙖 𝙥𝙤𝙧𝙩𝙚, 𝙢𝙖𝙞𝙨 𝙦𝙪𝙞 𝙚𝙨𝙘𝙖𝙡𝙖𝙙𝙚 𝙥𝙖𝙧 𝙪𝙣 𝙖𝙪𝙩𝙧𝙚 𝙚𝙣𝙙𝙧𝙤𝙞𝙩, 𝙘𝙚𝙡𝙪𝙞-𝙡𝙖̀ 𝙚𝙨𝙩 𝙪𝙣 𝙫𝙤𝙡𝙚𝙪𝙧 𝙚𝙩 𝙪𝙣 𝙗𝙖𝙣𝙙𝙞𝙩. 𝘾𝙚𝙡𝙪𝙞 𝙦𝙪𝙞 𝙚𝙣𝙩𝙧𝙚 𝙥𝙖𝙧 𝙡𝙖 𝙥𝙤𝙧𝙩𝙚, 𝙘’𝙚𝙨𝙩 𝙡𝙚 𝙥𝙖𝙨𝙩𝙚𝙪𝙧, 𝙡𝙚 𝙗𝙚𝙧𝙜𝙚𝙧 𝙙𝙚𝙨 𝙗𝙧𝙚𝙗𝙞𝙨. 𝙇𝙚 𝙥𝙤𝙧𝙩𝙞𝙚𝙧 𝙡𝙪𝙞 𝙤𝙪𝙫𝙧𝙚, 𝙚𝙩 𝙡𝙚𝙨 𝙗𝙧𝙚𝙗𝙞𝙨 𝙚́𝙘𝙤𝙪𝙩𝙚𝙣𝙩 𝙨𝙖 𝙫𝙤𝙞𝙭. 𝙎𝙚𝙨 𝙗𝙧𝙚𝙗𝙞𝙨 𝙖̀ 𝙡𝙪𝙞, 𝙞𝙡 𝙡𝙚𝙨 𝙖𝙥𝙥𝙚𝙡𝙡𝙚 𝙘𝙝𝙖𝙘𝙪𝙣𝙚 𝙥𝙖𝙧 𝙨𝙤𝙣 𝙣𝙤𝙢, 𝙚𝙩 𝙞𝙡 𝙡𝙚𝙨 𝙛𝙖𝙞𝙩 𝙨𝙤𝙧𝙩𝙞𝙧. 𝙌𝙪𝙖𝙣𝙙 𝙞𝙡 𝙖 𝙥𝙤𝙪𝙨𝙨𝙚́ 𝙙𝙚𝙝𝙤𝙧𝙨 𝙩𝙤𝙪𝙩𝙚𝙨 𝙡𝙚𝙨 𝙨𝙞𝙚𝙣𝙣𝙚𝙨, 𝙞𝙡 𝙢𝙖𝙧𝙘𝙝𝙚 𝙖̀ 𝙡𝙚𝙪𝙧 𝙩𝙚̂𝙩𝙚, 𝙚𝙩 𝙨𝙚𝙨 𝙗𝙧𝙚𝙗𝙞𝙨 𝙡𝙚 𝙨𝙪𝙞𝙫𝙚𝙣𝙩, 𝙘𝙖𝙧 𝙚𝙡𝙡𝙚𝙨 𝙘𝙤𝙣𝙣𝙖𝙞𝙨𝙨𝙚𝙣𝙩 𝙨𝙖 𝙫𝙤𝙞𝙭. 𝙅𝙖𝙢𝙖𝙞𝙨 𝙚𝙡𝙡𝙚𝙨 𝙣𝙚 𝙨𝙪𝙞𝙫𝙧𝙤𝙣𝙩 𝙪𝙣 𝙚́𝙩𝙧𝙖𝙣𝙜𝙚𝙧, 𝙢𝙖𝙞𝙨 𝙚𝙡𝙡𝙚𝙨 𝙨’𝙚𝙣𝙛𝙪𝙞𝙧𝙤𝙣𝙩 𝙡𝙤𝙞𝙣 𝙙𝙚 𝙡𝙪𝙞, 𝙘𝙖𝙧 𝙚𝙡𝙡𝙚𝙨 𝙣𝙚 𝙘𝙤𝙣𝙣𝙖𝙞𝙨𝙨𝙚𝙣𝙩 𝙥𝙖𝙨 𝙡𝙖 𝙫𝙤𝙞𝙭 𝙙𝙚𝙨 𝙚́𝙩𝙧𝙖𝙣𝙜𝙚𝙧𝙨 ». 𝙅𝙚́𝙨𝙪𝙨 𝙚𝙢𝙥𝙡𝙤𝙮𝙖 𝙘𝙚𝙩𝙩𝙚 𝙞𝙢𝙖𝙜𝙚 𝙥𝙤𝙪𝙧 𝙨’𝙖𝙙𝙧𝙚𝙨𝙨𝙚𝙧 𝙖𝙪𝙭 𝙥𝙝𝙖𝙧𝙞𝙨𝙞𝙚𝙣𝙨, 𝙢𝙖𝙞𝙨 𝙚𝙪𝙭 𝙣𝙚 𝙘𝙤𝙢𝙥𝙧𝙞𝙧𝙚𝙣𝙩 𝙥𝙖𝙨 𝙙𝙚 𝙦𝙪𝙤𝙞 𝙞𝙡 𝙡𝙚𝙪𝙧 𝙥𝙖𝙧𝙡𝙖𝙞𝙩. 𝘾’𝙚𝙨𝙩 𝙥𝙤𝙪𝙧𝙦𝙪𝙤𝙞 𝙅𝙚́𝙨𝙪𝙨 𝙧𝙚𝙥𝙧𝙞𝙩 𝙡𝙖 𝙥𝙖𝙧𝙤𝙡𝙚 : « 𝘼𝙢𝙚𝙣, 𝙖𝙢𝙚𝙣, 𝙟𝙚 𝙫𝙤𝙪𝙨 𝙡𝙚 𝙙𝙞𝙨 : « 𝙈𝙤𝙞, 𝙟𝙚 𝙨𝙪𝙞𝙨 𝙡𝙖 𝙥𝙤𝙧𝙩𝙚 𝙙𝙚𝙨 𝙗𝙧𝙚𝙗𝙞𝙨. 𝙏𝙤𝙪𝙨 𝙘𝙚𝙪𝙭 𝙦𝙪𝙞 𝙨𝙤𝙣𝙩 𝙫𝙚𝙣𝙪𝙨 𝙖𝙫𝙖𝙣𝙩 𝙢𝙤𝙞, 𝙨𝙤𝙣𝙩 𝙙𝙚𝙨 𝙫𝙤𝙡𝙚𝙪𝙧𝙨 𝙚𝙩 𝙙𝙚𝙨 𝙗𝙖𝙣𝙙𝙞𝙩𝙨 ; 𝙢𝙖𝙞𝙨 𝙡𝙚𝙨 𝙗𝙧𝙚𝙗𝙞𝙨 𝙣𝙚 𝙡𝙚𝙨 𝙤𝙣𝙩 𝙥𝙖𝙨 𝙚́𝙘𝙤𝙪𝙩𝙚́𝙨. 𝙈𝙤𝙞, 𝙟𝙚 𝙨𝙪𝙞𝙨 𝙡𝙖 𝙥𝙤𝙧𝙩𝙚. 𝙎𝙞 𝙦𝙪𝙚𝙡𝙦𝙪’𝙪𝙣 𝙚𝙣𝙩𝙧𝙚 𝙚𝙣 𝙥𝙖𝙨𝙨𝙖𝙣𝙩 𝙥𝙖𝙧 𝙢𝙤𝙞, 𝙞𝙡 𝙨𝙚𝙧𝙖 𝙨𝙖𝙪𝙫𝙚́ ; 𝙞𝙡 𝙥𝙤𝙪𝙧𝙧𝙖 𝙚𝙣𝙩𝙧𝙚𝙧 ; 𝙞𝙡 𝙥𝙤𝙪𝙧𝙧𝙖 𝙨𝙤𝙧𝙩𝙞𝙧 𝙚𝙩 𝙩𝙧𝙤𝙪𝙫𝙚𝙧 𝙪𝙣 𝙥𝙖̂𝙩𝙪𝙧𝙖𝙜𝙚. 𝙇𝙚 𝙫𝙤𝙡𝙚𝙪𝙧 𝙣𝙚 𝙫𝙞𝙚𝙣𝙩 𝙦𝙪𝙚 𝙥𝙤𝙪𝙧 𝙫𝙤𝙡𝙚𝙧, 𝙚́𝙜𝙤𝙧𝙜𝙚𝙧, 𝙛𝙖𝙞𝙧𝙚 𝙥𝙚́𝙧𝙞𝙧. 𝙈𝙤𝙞, 𝙟𝙚 𝙨𝙪𝙞𝙨 𝙫𝙚𝙣𝙪 𝙥𝙤𝙪𝙧 𝙦𝙪𝙚 𝙡𝙚𝙨 𝙗𝙧𝙚𝙗𝙞𝙨 𝙖𝙞𝙚𝙣𝙩 𝙡𝙖 𝙫𝙞𝙚, 𝙡𝙖 𝙫𝙞𝙚 𝙚𝙣 𝙖𝙗𝙤𝙣𝙙𝙖𝙣𝙘𝙚 ».
------------------------------

L’Evangile de ce jour nous emmène dans l’enclos des brebis. A l’évidence, nous sommes les brebis données par le Père au Fils. Dans le monde plein de dangers, le berger a construit un enclos afin que ses brebis y soient en sécurité et protégées des voleurs, des bandits qui pourraient les tondre, les enlever, les tuer pour leurs propres intérêts. Le seul moyen de pénétrer dans l’enclos est de passer par la porte. On peut reconnaître l’imposteur, le brigand par le fait qu’il ne passe pas par la porte.
Et quelle est cette porte si importante, qui, seule, permet d’entrer et de sortir de l’enclos ? C’est Jésus, le Christ, envoyé par le Père. Il est l’accès, le passage obligé entre l’intérieur et l’extérieur, entre l’enclos et les verts pâturages. Seuls ceux qui passent par Lui peuvent avoir accès à la vie. « Je suis la Porte, la porte des brebis ».
Jésus est l’ouverture qui permet d’entrer dans le Royaume. Il est la Porte qui nous fait passer de notre humanité à notre divinité. Par sa présence en nous, il nous donne à deviner un peu de notre réalité divine qui n’apparaîtra pleinement et en vérité qu’à la fin de notre tribulation terrestre.
Jésus est la Porte qui donne l’espérance de voir au-delà des palissades et des murs de sécurité qui enferment.
Jésus est le passage d’aller et venir entre l’intérieur et l’extérieur, entre notre intériorité et notre vie dans le monde, entre le particulier et l’universel, entre le singulier et le tout, entre moi et les autres, entre l’action et la contemplation.
Jésus est la porte étroite qui nous demande de maigrir de nos certitudes pour nous ouvrir à l’inconnu de Dieu. Pour passer par la porte Jésus, il faut bouger, se déplacer et marcher vers elle. Puis nous touchons la porte Jésus, et en tournant la poignée de la foi, nous poussons et entrons sur le seuil de l’espérance et la joie. Alors la Porte s’ouvre dans la douceur bien huilée de l’amour avec ses gonds de tendresse et de patience ; la porte Jésus nous donne à pressentir les grands espaces de l’infini de Dieu dans notre petitesse d’homme pécheur.

Seigneur Jésus, donne-moi de distinguer et de chasser tous les brigands qui envahissent mon cœur et de m’avancer vers Toi, la Porte qui ouvre au salut, à la vie éternelle.

Vidéos (voir toutes)

Emplacement

Produits

Feuille Paroissiale

Téléphone

Adresse


94 Rue De L'école Militaire
Brienne-le-Château
10500

Heures d'ouverture

Mardi 10:00 - 12:00
Mercredi 16:30 - 18:30
Mercredi 10:00 - 12:00
Jeudi 10:00 - 12:00
Vendredi 16:30 - 18:30
Vendredi 10:00 - 12:00
Samedi 10:00 - 12:00
Autres lieux de culte à Brienne-le-Château (voir toutes)
École de Brienne École de Brienne
Brienne-le-Château